La charte Objectif 2025

La charte décrit le projet de territoire pour le Pilat à l’horizon 2025, elle guide les actions dans le Parc. En cinq axes, elle propose des règles du jeu communes aux collectivités qui l’ont approuvée et à l’Etat, pour un développement durable du massif. Tous les signataires se sont engagés à agir dans le sens de la charte.

Axe n°1 : Une gestion maîtrisée des espaces et des ressources

Pour conforter la biodiversité

Avec ses 200 milieux naturels ou semi-naturels différents, le massif du Pilat est un réservoir de biodiversité à l’échelle régionale. Sa situation géographique en bordure orientale du massif central lui permet d’occuper un rôle stratégique dans les échanges biologiques du massif central avec les espaces de nature situés en rive gauche du fleuve Rhône jusqu’à la chaîne alpine. Il s’agit de conserver, voire d’accroître, le niveau de biodiversité du Pilat. Comment ?

  • En suivant l’état de la biodiversité et son évolution.
  • En protégeant et en gérant les espaces naturels remarquables.
  • En préservant le réseau de « corridors » végétaux ou aquatiques permettant la circulation des espèces entre les différents espaces naturels remarquables

 

Pour recréer un lien favorable entre urbanisme et paysage

Le diagnostic de territoire a révélé une augmentation de la construction et la progression de l’urbanisation entraînant par endroit une banalisation des paysages. Il est impératif de parvenir à maîtriser cette dernière afin notamment de préserver les espaces agricoles, naturels et forestiers, pour leurs valeurs nourricières, économiques, écologiques et paysagères. Comment ?

  • En valorisant les éléments structurants du paysage, comme la côtière rhodanienne ou les crêts du Pilat
  • En recourant à une approche durable de l’urbanisme, économe en ressources, garante d’une identité rurale  et favorisant un nouveau vivre-ensemble.

 

Axe n°2 : Des modes de vie plus sobres et plus solidaires

 

Pour inscrire l’habitat dans la durée

Demain, les principes d’écoconstruction et d’écoréhabilitation devront se généraliser. Pour cela, les habitants, les maîtres d’ouvrage et autres professionnels du bâtiment doivent y être sensibilisés dès aujourd’hui. La réhabilitation de l’habitat existant et les constructions nouvelles devront se faire en veillant à un prélèvement le plus faible possible sur les ressources.  Comment ?

  • En adaptant en priorité l’habitat existant.
  • En construisant pour favoriser le lien social ainsi que la sobriété foncière et énergétique

Pour favoriser une mobilité durable

En partenariat avec l’association Pilattitude, le syndicat mixte du  Parc joue un rôle moteur dans l’expérimentation de modes de transports alternatifs à la voiture individuelle et dans la prise en compte de la mobilité dans les aménagements urbains. Cette mobilité nouvelle se situe au carrefour des politiques de l’urbanisme (densification des centres bourgs), de l’emploi (maintien et création d’emplois de proximité), des loisirs (accessibles en modes de transports doux) et du développement des technologies de l’information et de la communication (visioconférences et télétravail). Comment ?

  • En développant et promouvant l’écomobilité au travers de la Maison de la Mobilité.
  • En garantissant des aménagements d’infrastructures compatibles avec les enjeux du territoire.

 Pour promouvoir des usages de loisirs doux

Avec deux millions d’habitants résidant à moins d’une heure, le Pilat est une destination phare pour les loisirs de nature. Veillons à ce que ces activités de loisirs, quelles qu’elles soient, sources de revenus pour le Pilat, perturbent le moins possible les milieux naturels et la tranquillité des habitants. Mettons à l’honneur les loisirs doux accessibles au plus grand nombre et, cela, indépendamment des capacités physiques ou financières de chacun. Comment ?

  • En favorisant les comportements de loisirs à faible impact sur l’environnement.
  • En développant une offre de loisirs doux pour tous les publics.

Pour valoriser les patrimoines et renforcer les échanges culturels

Les réseaux, associations et collectivités locales sont porteurs d’opérations de valorisation des patrimoines, comme les huit festivals annuels qui ont lieu sur le territoire du Parc. Ils sont autant d’événements ou d’actions qui contribuent à l’attractivité du territoire. Grâce à eux, les habitants du Pilat se rencontrent et se rapprochent également de leurs voisins des villes-portes. Autant d’échanges qu’il convient d’encourager pour une plus grande préservation des patrimoines et le partage d’une culture commune. Comment ?

  • En faisant découvrir les patrimoines humains du Pilat.
  • En favorisant une vie culturelle dynamique.

 

Axe n°3 : Des modes de production durable en lien avec la consommation locale

 

Pour maintenir une activité agricole de qualité et accroître son autonomie

L’agriculture pilatoise, forte de ses 90 millions d’euros de produit annuel brut, renforce l’économie locale. Ce secteur est pourtant menacé : le métier d’agriculteur n’attire que peu de jeunes et certaines entreprises agricoles de taille modeste peinent à survivre. Conscient que l’agriculture de proximité est un atout indéniable pour le cadre de vie et l’environnement du massif, le Parc soutient les agriculteurs. Comment ?

  • En améliorant la performance environnementale des entreprises agricoles.
  • En diversifiant et en valorisant localement les produits et services de l’agriculture du Pilat.
  • En revalorisant le métier d’agriculteur.

 

Pour renforcer l’exploitation et la production forestière

La forêt qui recouvre près de la moitié du Pilat est une richesse à exploiter tant en production qu’en espace récréatif. Tous les intervenants de ces espaces boisés se sont accordés pour définir un projet collectif qui valorise cette multifonctionnalité. Le potentiel de production, la valeur biologique, l’accessibilité, le rôle de protection de l’eau et des sols entrent en ligne de compte pour orienter l’utilisation de chaque parcelle forestière. Comment ?

  • En garantissant une gestion sylvicole durable anticipant les évolutions du climat.
  • En recherchant une valorisation plus locale de la ressource bois.

 

Pour poursuivre le développement de l’écotourisme

Minimiser les impacts sur les milieux naturels tout en participant au développement local, tels sont les objectifs de l’écotourisme. Il correspond aux valeurs du Parc et de la Charte Européenne du Tourisme Durable, dont il est signataire. Dans ce texte, la vertu pédagogique des actions de protection des milieux naturels et de mise en valeur des patrimoines et des paysages est mise en avant. Comment ?

  • En faisant évoluer les pratiques des opérateurs touristiques suivant les principes du tourisme durable.
  • En promouvant le territoire en tant que destination écotouristique.

 

Pour accompagner la création de biens et de services sur le territoire

L’économie du Pilat repose sur l’agriculture, la sylviculture, le tourisme mais aussi sur l’artisanat, le commerce et les services, ainsi que sur les industries historiques du territoire comme la métallurgie, le textile, la plasturgie, l’agroalimentaire, confrontées à la concurrence de marchés mondialisés. Il est proposé d’axer le développement économique du Pilat sur la complémentarité de ces différents types d’entreprises entre elles mais également avec les collectivités. Comment ?

  • En améliorant la performance environnementale et sociale des collectivités et des entreprises.
  • En menant une politique concertée de développement économique et de services.
  • En maintenant et en créant des activités génératrices d’emplois non délocalisables.

 

Pour viser la sobriété énergétique et développer les énergies renouvelables

Le Parc naturel régional du Pilat doit être un territoire exemplaire dans la maîtrise de sa consommation d’énergie et dans sa participation à la production d’énergies locales renouvelables. De cette façon, il s’engage directement en faveur des objectifs nationaux et internationaux de réduction des gaz à effet de serre. Comment ?

  • En recherchant prioritairement la sobriété et l’efficacité dans la consommation énergétique.
  • En développant localement les énergies renouvelables dans le respect de l’environnement et des paysages au bénéfice du territoire et de ses acteurs locaux.
  • En assurant la cohérence des Plans Climat-Énergie Territoriaux

 

Axe n°4 : Un Parc acteur du territoire régional et au-delà

 

Pour tisser des relations solidaires au sein du territoire et au-delà

Les communes rurales et les espaces urbains ont exprimé leur solidarité en s’associant au sein du syndicat mixte du Parc en 1974. Les grandes métropoles émergent et les collectivités se réorganisent et se regroupent, les partenariats doivent s’adapter pour travailler à bénéfice réciproque. Comment ?

  • En organisant la synergie entre le syndicat mixte du Parc et les collectivités du territoire.
  • En développant les liens avec les métropoles et collectivités voisines.

 

Pour stimuler l’innovation et l’approche prospective

Un territoire de Parc se doit d’être innovant. Pour faire face aux enjeux qui peuvent déstabiliser le territoire, le syndicat mixte du Parc se doit d’expérimenter des solutions et d’anticiper les problèmes. Pour ce faire, il mobilise les partenaires locaux, régionaux ou extra-régionaux pour mutualiser compétences et réflexions, élaborer des scénarii prospectifs … Comment ?

  • En favorisant les réflexions prospectives et en anticipant les enjeux futurs.
  • En faisant du Parc un lieu privilégié pour l’expérimentation et la recherche.
  • En participant aux réseaux départementaux, régionaux, nationaux et européens.
  • En initiant des projets de coopération interterritoriaux et internationaux.

 

Axe n°5 : Une mobilisation de tous les citoyens pour changer d’ère

 

Pour développer une culture commune du territoire

La connaissance du Pilat et de ses enjeux permet à chacun de mieux s’approprier le territoire et d’agir en respectant ce qui en fait sa valeur. Les événements comme la nuit de la chauve-souris ou le programme d’éducation au territoire pour les scolaires offrent aux petits et aux grands la chance d’une relation privilégiée avec le Pilat et aiguisent leur esprit critique sur leur propre manière d’agir. De cette connaissance émergent des comportements écocitoyens, plus sobres et plus solidaires. Comment ?

  • En éduquant et en sensibilisant les plus jeunes au territoire.
  • En diffusant la connaissance auprès du grand public.

 

Pour rendre chacun acteur du projet de territoire

La démarche d’information et de sensibilisation aux objectifs de la charte est continue auprès des élus et des habitants. Il est essentiel d’informer  les citoyens des objectifs et des ambitions portés par la charte, de les aider à identifier les comportements à adopter  pour rester réactifs face aux évolutions de leur territoire. Comment ?

  • En partageant le projet de territoire.
  • En développant la capacité d’action des habitants.

 

Un projet, la charte

Un projet de territoire à 15 ans La charte Objectif 2025 Le devoir de convaincre