Plan pastoral pour le Pilat

Développer et pérenniser le pâturage comme ressource à part entière des élevages du Pilat.

Le Parc du Pilat s’est engagé pour 5 années dans un Plan Pastoral Territorial (PPT) un dispositif de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour mobiliser des aides financières à destination des agriculteurs et des collectivités.
Pour développer et pérenniser l’activité pastorale, le PPT va aider à :

  • Conforter l’autonomie fourragère et les conditions d’exploitation des espaces pastoraux
  • Accompagner une gestion pérenne des espaces pastoraux et les expérimentations
  • Promouvoir et valoriser les espaces pastoraux
  • Conforter la démarche collective autour du pastoralisme
    Pourquoi un PPT ?

    Comment bénéficier du PPT ?

On entend par pastoralisme les pratiques de pâturage sur des milieux composés de végétation naturelle (prairies permanentes, bois, landes, parcours…).
Dans le massif du Pilat, le pastoralisme concerne 6 500 ha de surface répartis sur 39 communes, plus de 300 exploitations agricoles, 4030 bovins, 3 180 ovins, 1 280 caprins et 53 équins qui pâturent. (source enquête pastorale 2014)

Des espaces pastoraux multiples

Contrairement à ce qui est souvent présumé, les espaces pastoraux ne se limitent pas aux espaces d’estive. Ils correspondent aux prairies permanentes et parcours dédiés au pâturage. Dans le Pilat, ce sont 4 400 ha d’espaces pastoraux qui ont été recensés lors de l’enquête pastorale de 2014, soit 1/5 de la SAU (Surface Agricole Utile) du territoire !
Mais il y a potentiellement d’autres espaces qui pourraient être investis dans un cadre pastoral : friches, sous-bois…
Les systèmes agricoles qui en bénéficient sont très variés : élevages bovins, ovins, ou caprins, allaitant ou laitier…
De même, l’usage de ces surfaces varie d’une exploitation agricole à une autre : utilisation collective ou individuelle, proximité du siège d’exploitation ou déplacement saisonnier…

Témoignage d’Alex Chanal de Doizieux

« La subvention du PPT m’a permis d’acquérir une tonne à eau de 4 100l et ainsi alimenter mes bacs d’eau situés sur mes différentes parcelles en une seule ronde, deux fois par semaine, donc un gain e temps considérable. J’ai aussi installé des clôtures qui sécurisent la pâture de mes animaux. »

Contacts : Caroline Champailler ou Justine Vallet au Parc du Pilat

Agriculture

Prairies fleuries PAEN Gier Pilatois Le pâturage du XXIème siècle Plan pastoral pour le Pilat